1969-1989 : 20 ans d'endurance 



JAPAUTO : LE FRUIT DE LA PASSION

L'histoire de Japauto est étroitement liée à celle de la compétition. En 97 courses d’endurance et records d’autonomie, Japauto est monté une quarantaine de fois sur le podium décrochant 3 victoires au Bol d’or (69 avec Rougerie-Urdich, 72 avec Debrock-Ruiz et 73 avec Debrock-Tchernine) et permettant à 66 pilotes différents de s’aligner au guidon de ses machines ! Pour Christian Vilaseca, courir est ce qu’il appelle «une passion raisonnée » ….Aujourd’hui, Japauto s’est retiré de la compétition mais continue d’occuper le devant de la scène des concessions Honda….
               
Moto Revue (Septembre 1989)

 

1969    RENOUVEAU DU BOL D’OR A MONTLHERY

Japauto engage une Honda CB750 usine récupérée en dernière minute , prévue pour des pilotes anglais . En effet , les organisateurs avaient décidé que, pour la reprise du bol, la course serait nationale., donc, privée de pilotes , cette moto fût conduite de main de maître jusqu'à la victoire par un équipage français : Daniel Urdich et Michel Rougerie (jeune mécano chez Japauto).


La moto : une CB750 Honda (n°61) (pas encore commercialisée en France au moment du bol), environ 72ch pour 180kgs, carbu de série avec cornets, 4 pots mégaphones raccourcis , BV revue avec 1ére longue, commandes  reculées avec sélecteur inversé. La fourche et les amortisseurs étaient d’origine, un deuxième disque était ajouté à l’avant pour les freins ainsi qu’un double cames de 200 mm à l’AR.



1970    1ère PARTICIPATION D’UNE MOTO JAPAUTO

 

La n°37, base de CB750, moteur réalésé « maxi » : à 70 mm donc 969,8cc, partie cycle de série avec un réservoir Read Titan de 25 litres et un carénage Churchgate « 3 pièces » et 1 grosse selle « maison » complète l’habillage. Cette moto ainsi équipée fût surnommée « le monstre du bol » . A son guidon, Daniel Rouge et Robert Assante arrivèrent 20ème après une chute et des problème de BV… la fiabilité du moteur n’était pas mise en cause …

 

   

1971    LE BOL Déménage AU CIRCUIT DU MANS

Cette année là, 2 Japauto étaient engagées : la n°77 pilotée par Thierry Tchernine et Christian Bourgeois et la n°85 avec Robert Assante et Roger Ruiz . La 1ère abandonna sur casse de BV et la seconde se classa 12ème. La moto : même base que 70 mais un habillage beaucoup plus fin.

1972    VAINQUEUR : JAPAUTO

Encore une de plus, 3 Japauto engagées au bol ! 3 comme les couleurs du drapeau français .Une bleue, la n°50 avec Tchernine et Bourgeois, une blanche, la n°64 avec Assante et Bettiol et enfin une rouge, la n°51 avec Ruiz et Debrock. Cette année, Japauto fait appel à Dave Degens pour ses cadres Dresda. La machine pèse 170kgs, toujours 969,8cc et des carbus d’origine, des étriers de 500 four étaient montés pour changer les plaquettes plus rapidement...

La 50 et 51 avaient une BV Quaife et une distri racing et la 64 avait une BV Honda racing et une distri d’origine… Les 3 motos avaient des échappements 4 en 1.La selle et le réservoir resteront dans l’histoire de Japauto car ils seront adaptés par la suite sur les cadres de série.La rouge n°51 arriva 1ére et la 64 était classée 9ème . Tchernine et Bourgeois n’avaient toujours pas de chance : abandon sur casse de vilebrequin. A partir de maintenant, une Japauto , ce sera rouge !! 

1973    JAPAUTO BIS


Elle était donc rouge avec un numéro prédestiné car elle passa la ligne d’arrivée la 1ère avec à son guidon  Thierry Tchernine et Gérard Debrock. Il y avait une seconde machine engagée avec Ruiz et Garnier, la n°2. Pour les motos , retour au cadre d’origine (modifié), selle 72 mais nouveau réservoir de type Daytona avec remplissage rapide. Le carénage très protecteur était aussi adapté pour les motos de route (950ss et 1000vx) . Le moteur avait encore un peu plus de pièces « racing » mais les carbus étaient toujours d’origine. La n°2 abandonna sur chute. A noter que la Japauto du team JPX est arrivée 14ème avec Poulet et Soulas. Aux 1000 kms du Mans, 2 Japauto sur le podium : 2ème Ruiz et Garnier puis 3ème Tchernine et Debrock.

 

1974    UNE TROISIEME VICTOIRE CONSECUTIVE ?



Bah non. Japauto engage toujours 2 machines avec des moteurs idem à l’année dernière mais la partie cycle a quelque peu changé : les moteurs sont montés dans des cadres PEM (Edouard Morena) avec des roues de 19, JPX pour l’AV et rayons pour l’AR . Modif du carénage : plus affiné sur l’AV et fermé au niveau du guidon . La n°1 pilotée par Tchernine et Boinet  abandonna et la n°2 de Ruiz et Huguet arriva 5ème . A noter que la Japauto JPX de Poulet et de Lahonde était classée 11ème. Aux 24h de Montjuich, la 1ère Japauto arrive 2ème avec Ruiz et Huguet et la 2ème arrive 3ème ! (avec Brown et Gurner) .

 

1975    OBJECTIF : CHAMPIONNAT D'EUROPE D'ENDURANCE

Pour Japauto, l’objectif est de remporter le championnat d’Europe d’endurance se déroulant sur 5 épreuves : 24h de Barcelone,1000kms de Mugello, 24h de Francorchamps, Bol d’or et 500 miles de Thruxton. La Japauto de Ruiz et Huguet a été la plus régulière en endurance et a terminé 4 fois mais comme seuls les 3 meilleurs résultats comptent, elle cède d’1 point le titre de championne d’Europe . C’est un coup dur pour les 2 pilotes détrônés lors de la proclamation des résultats définitifs ,15 jours après la dernière course…

 

 

Les résultats : victoire aux 24h de Spa avec Ruiz et Huguet (n°54), Bourgeois et Mandracci (n°22) arrivent 6ème.Au Bol d’or, Sailler et Gaillard se classent 14ème et aux 24h de Montjuich, Ruiz et Huguet montent sur la 3ème marche du podium avec la n°14. Les Japauto arrivent 7ème  et 8ème aux 1000kms de Mugello avec Ruiz-Huguet et Green-Degens puis 5ème et 7ème aux 500 miles de Thruxton avec les mêmes équipages . La Japauto 75, c’est toujours un cadre PEM avec amortisseurs inclinés, des roues JPX, une fourche Guzzi modifiée, 1 frein à disque à l’AR, le réservoir d’huile dans la selle, encore plus de pièces racing dans le moteur qui atteint maintenant 100ch, aidé aussi par une rampe de carbu CR 31.  

 

 

1976    L’Arrivée DES MOTEUR USINE (RCB)



Cette année, 2 Japauto sont engagées au Bol d’or avec 2 motorisations différentes. Si la 1ère a toujours un moteur « maison », la seconde (n°9) pilotée par les anglais Green et Croxford  « hérite » d’un moteur Honda usine de 941cc identique à ceux des machines officielles ainsi qu’un mono amortisseur monté du coté droit du bras AR renforcé par une boucle inférieure. Toutes les deux ont des cadres PEM et des roues Campagnolo . La 1ère (n°10) pilotée par  Degens – Sailler a dû abandonner et la 2ème sera classée 9ème . A noter qu’une 3ème Japauto (n°25) pilotée par Gaillard et Lascaud arrivera 11ème.

 

 

1977    VAINQUEUR AUX 1000 KMS DE MISANO

 L’équipage Gary Green et Christian Maingret arrive 1er aux 1000 kms de Misano 3ème aux 8 h de Nurburgring, 4ème à Montjuich, 6ème à Thruxton et ils sont classés 13ème au Bol d’or avec la Japauto RCB 997 n°16 . La moto est toujours équipée du même moteur usine double arbre 110ch mais plus légère de 10kgs , gagnés essentiellement sur la partie cycle . (à noter l’abandon de Fontan  et Bertin sur la Japauto 969 n°17).

1978    LE BOL Déménage AU CastelLet

 

Une année à retenir concernant l’endurance : création des 1ère  24h du Mans et  déménagement du Bol d’or au Castellet . Le 1er Bol d’argent (endurance de 6h) est aussi accueilli avec succès . Aux 24h du Mans, G Green et M Fontan arrivent 6ème  et Laurens – Monnin 8ème en catégorie silhouette(CB750 F2) . Au Bol d’or ,Gary Green et Michel Rougerie arrivent 6ème  avec la n°9 et  Villa-Fontan, 7ème  avec la n°10. Les moteurs sont des Honda usine 78 (125ch) donc l’alternateur en bout de vilebrequin et l’embrayage à sec .Les cadres PEM sont nouveaux (partie démontable pour déposer le moteur , les 4 tubes du collecteur passent entre les 2 berceaux) , équipés de fourches Cériani . Le réservoir d’huile est repassé sous la selle . Pioneer devient partenaire comme on peut le constater sur la déco de la moto , même sur la CB750 F2 du tour de France , équipée d’un moteur 1000VX avec ACT et distri racing .

1979    LE BOL D’ARGENT PASSE DE 6 A 12 HEURES

 

24h du Mans : M Fontan et G Bertin arrivent 2ème  (n°7) et J Luc- A Leclaire 5ème  (n°8) avec 2 Japauto RCB 997. Au Bol d’or , Fontan et Luc sont classés 3ème avec une RCB usine (préparée par Japauto) et Van Dulmen-Korhonen arrivent 5ème avec la n°9 (moteur RCB). A noter qu’une autre Japauto à moteur RCB 78 était engagée par le team australien Formula G.

 

 

1980    PAS UNE BONNE ANNEE ...

 


Au 24h du Mans, Luc et Leliard abandonnent sur casse de BV et même chose pour Bataille et  Tournadre sur chute. Leliard –Tournadre et Bertin-Villa participaient au Bol d’or cette année  avec 2 Japauto n°9 et 10 en 1062cc : 135 cv à 9000 tours (embrayage à sec sur la n°10), le cadre est toujours un PEM mais avec une nouvelle fourche Marzocchi magnésium à démontage de roue rapide , conçue par Japauto et roues Campagnolo spéciales pour pneus tubeless .

 

1981    LES FReres BOLLE N’ONT PAS EU DE BOL !


24h du Mans : 2 machines engagées , une Japauto Paris et une Japauto Marseille . JL Tournadre et E Courly manquent de peu le podium(4ème ) . Pour le Bol d’or, nombreuses modifications sur les motos : nouvelle partie-cycle (modif de la chasse, bras AR allongé, nouvelle fourche Marzo, nouveaux amortisseurs Marzo avec bonbonne séparée, roues Campagnolo et habillage redessiné(la pub Pioneer n’apparaît plus). Le moteur est un RSC 1062cc(kit C) .J Bolle et G Bertin étaient sur la n°10 et P Bolle et F Duval était sur la 2ème  Japauto (les deux ont abandonné).

 

1982    AU BOL, TROIS PILOTES PAR MACHINE

 


Cette année, chaque moto peut avoir 3 pilotes au Bol d’or. Donc au Bol, F Gross-F Duval et A De Puniet étaient sur la n°10 et sont montés sur la 3ème  marche du podium. J Luc-P Roblès et JL Battistini sont arrivés 12ème.C’etait des Japauto RS 1000 - 999cc RSC - fourche Marzo- cadre PEM. Aux 24h du Mans, 2 Japauto étaient engagées ( sur base 1100R avec moteur 900BO préparé, 997cc) P Bolle et F Duval arrivent 2ème avec la n°11, A Etienne et JL Battistini avaient la n°10.

 

 

1983    LES Dernières JAPAUTO ?

 Au Bol d’or, 3ème  et 4ème  avec J Luc-JL Battistini et W Barchi sur la n°10 et P Chatelet-P Robinet et A De Puniet sur la n°11,les machines étaient des Japauto RS1000 de 1062cc à cadre PEM –215kgs-Fourche Marzo-carénage 1100R-roues Dymag pour la 10 et Campagnolo pour la 11.    

 

1984    GENERATION V4






Une seule moto engagée cette année, la n°3 avec Battistini-De Puniet et Luc, ils se classent 4ème. Il s’agit d’une Honda à moteur RS750  V4–749cc-120ch-184kgs-cadre RS860 de 83.

 

 

1985    JAPAUTO HONDA "USINE"

  

Toujours une seule moto engagée cette année , une Honda usine à moteur V4 de 1984, moto n°8 arrivée 2ème  et pilotée par Guy Bertin-Christian Leliard et Jacques Luc. Honda 750 VFR-125ch - moteur usine VFR 748cc -175kgs - partie cycle usine 84.

 

 

1986    UN DEMI Siècle POUR LE BOL D’OR


50ème  Bol d’or- Japauto continue à récupérer les Honda usine de l’année précédente, elles sont quand même préparées par leurs soins. La n°5 pilotée par Guy Bertin-Christian Berthod et Roger Sibille arrive 4ème , il s’agit d’une Honda VF750R-748cc-130ch-168kgs. Aux 24h du Mans, les mêmes pilotes ont abandonné après 2 heures de course sur la Honda-Japauto RVF n°9 suite à une casse (embrayage et piston cassé).   

 

1987    10 CV DE PLUS ET 10 KGS DE MOINS




 
La Honda RVF750R n°1 est engagée par Japauto pilotée par Gerard Coudray - Alex Vieira et Richard Hubin mais elle abandonne sur problème d’allumage. Toujours plus légère et plus puissante : 140ch pour 157kgs.

 

1988    LE BOL D'OR , C'EST 14H30!



Cette année ,la particularité du Bol d’or est qu’il sera interrompu par la pluie après seulement 14h30 de course ! il s’agissait toujours d’une Honda RVF750R , la n°4 pilotée par R Burnett-JM Mattioli et JL Guignabodet classée 3ème  au terme de la course.

 

 

1989    LES ADIEUX Après 20 ANS D'ENDURANCE

Dernière année d’endurance pour Japauto. Il s’agit de l’une des deux Honda officielles :toujours une RVF750R mais encore plus puissante et plus légère :142ch pour 150kgs ! kilos gagnés en partie grâce à des pièces moteur allégées, une fourche carbone, un échappement titane et carbone . Son régime de croisière était « limité » à 13500trs ! Toujours avec le n°4, F Merkel- M Duhamel et S Mertens arrivaient 2ème  juste derrière l’autre Honda officielle…   

Accueil